Soleil bleu

Soleil bleu


SITE DE LA PEINTRE CLAUDE GIBRAT : tableaux, expositions, coups de cœur artistiques

Membres

samedi 24 janvier 2015

Retour à Venise...



"Crépuscule sur Burano"



"Crépuscule sur Burano"
Acrylique sur toile, avec collage de pigments,
janvier 2015, 35cmX27cm

samedi 10 janvier 2015

De Soulages à Tàpies...



... Ou le retour de la couleur après des journées noires




"J’ai voulu montrer que nous sommes unis à chaque détail, chaque chose, chaque arbre, chaque animal, chaque montagne de la nature (…). Il y a une part de vérité, nous savons très bien que nous créons la réalité. Mais si on comprenait que toute cette réalité n’a pas besoin des hommes pour exister on serait sans doute un peu plus humble et un peu plus respectueux aussi, non seulement de la nature mais également des hommes qui nous côtoient."
 Antoni Tàpies.




Né à Barcelone en 1923, Antoni Tàpies manifeste son intérêt pour la peinture et le dessin dès l'adolescence.
Il a été profondément marqué par la guerre civile espagnole.
Alternant abstraction et primitivisme, il travaille des matériaux différents : latex, émulsions, goudrons en larges couches, huiles, marbres et pigments en poudre, résines, eaux-fortes au sucre et carborundum. Ces expérimentations donnent une gamme de couleurs variées dans la nuance et la texture.



Les couches de pâtes sont tantôt lisses ou rugueuses, plissent la surface, épaisses ou légèrement griffées, lacérées. Tàpies montre un intérêt particulier pour les lacérations, les entailles et les griffures au sein de ces compositions. Il qualifie ces œuvres de "champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini."



Chaque oeuvre conserve les traces du passage de l'homme et du temps, d’événements plus ou moins violents, plus ou moins éphémères. Le tableau, fragment du monde, témoigne.



Il travaille la matière à l'aide de "matériaux pauvres" et se sert de la technique du collage, de l'empâtement, du grattage et de la déchirure.



Léonard de Vinci a été une source importante d'inspiration pour Tàpies. Il s'est rendu compte que, dans la plupart des dessins de Léonard, des paysages d'origine chinoise se trouvent en arrière-plan. On retrouve ainsi chez Tàpies cette atmosphère vaporeuse, le "sfumato", qu'il évoque à l'aide d'encre diluée et qui donne une certaine profondeur à ses peintures.



Ses œuvres sont d'un caractère provocateur proche du dadaïsme, anti-esthétique, pauvre, rappelant parfois les graffitis et les tas de déchets.



L’artiste s’est fortement engagé pour la cause catalane.
"À un certain moment, j’étais réellement très politisé par la situation de notre pays et l’oppression terrible que connaissait la Catalogne. Ces corps humains dans ma peinture, mutilés ou attachés à des codes, c’était une forme de protestation pour dénoncer cette violence. Malheureusement l’injustice et le malheur sont universels, et cette thématique a vite dépassé le cadre local où je l’avais connue. C’est pourquoi j’ai continué dans cette voie."

Ce peintre de la matière est mort en 2012, à 88 ans.




J'ai pensé à Antoni Tàpies cette semaine...

vendredi 2 janvier 2015

Pierre Soulages à Rodez



Le coup de cœur de cette fin d'année


Il neigeait à Rodez ce jour-là, le 27 décembre 2014, la route d'accès n'avait pas été des plus faciles mais l'émotion était au rendez-vous.


La cathédrale de Rodez

Après une marche rapide dans la neige et le vent, nous avons connu un moment fabuleux au musée Soulages, notre autre coup de cœur pictural de l'année 2014 - le premier concernant Klimt et les Carrières de Lumières des Baux de Provence (clic).


Le musée Soulages de Rodez



Une oeuvre emblématique de Pierre Soulages

Pierre Soulages est né à Rodez en 1919. Le musée qui lui est dédié a vu le jour en 2014.
Il abrite la donation de Pierre et Colette Soulages faite en 2005 à la Communauté d'agglomérations du Grand Rodez, l'une des plus conséquentes consenties par un artiste de son vivant : près de 500 œuvres et documents.

Les 1700 mètres carrés d’exposition permanente ont été conçus pour accueillir la variété de l’œuvre de l’artiste.
La lumière pénétrant l’espace est parfaitement contrôlée afin de ménager :
- des passages de pénombre où sont exposées les œuvres sur papier et avec brous de noix ;





- des espaces plus éclairés pour les peintures et les cartons des vitraux de Conques.




Quand Soulages éclaire ses tableaux de blanc, une lumière somptueuse les illumine...




Aux salles hautes et claires succèdent ainsi d’autres plus basses et obscurcies, produisant des ambiances lumineuses très différentes et sciemment alternées.
Les œuvres témoignent de la multitude de techniques et de supports employés par l'artiste : le papier, la toile, le verre, le bronze ou le cuivre, l'oeuvre imprimée (eaux fortes, lithographies, sérigraphies), les travaux préparatoires aux vitraux de Conques, des peintures sur toile et sur papier (un ensemble unique, dont des gouaches, des encres et les brous de noix), de la documentation, des livres, des photographies, des films, des correspondances.

Nous avons retenu ces splendides bronzes...






Quelques détails de l'une de ses nombreuses techniques, ce qui a été dénommé "l'Outrenoir".








Quelques œuvres majeures...








Soulages ne donne pas de nom à ses œuvres, seule la technique ou la matière, les dimensions et la date de leur réalisation sont mentionnées.


Fidèle à son souhait, une salle d’exposition temporaire de 500 mètres carrés est dédiée à d’autres artistes contemporains.
"Je n’ai jamais aimé les musées monographiques. Mais celui-ci ne sera pas un musée comme les autres. L’accent sera mis sur la création, sur la manière dont naissent les œuvres, et il sera surtout ouvert aux autres artistes, à la création contemporaine."
En ce moment : "De Picasso à Jasper Johns, l'atelier d'Aldo Crommelynks" rend hommage à cet imprimeur d'art qui a fait de Paris une capitale mondiale dans le domaine de l'estampe.


Depuis son ouverture, le Musée Soulages est un triomphe.
Ce musée splendide dédié au Maître de l'abstraction, qui joue le noir sur noir, a reçu plus de 60.000 visiteurs en 6 semaines. Nous étions 600 en ce 27 décembre après-midi.


Une visite qui donne envie de revenir, nous avons mis à notre programme un prochain retour à Rodez !

Le billet pour les trois musées de Rodez coûte... 7€.

mardi 23 décembre 2014

2014, l'année de l'arbre...



Pour terminer avec des arbres cette année 2014 qui leur a été presque entièrement consacrée...


Le petit dernier : "Arbres d'hiver"



"Arbres d'hiver"
Acrylique sur toile, au vernis, avec pigments
27cmX16cm, décembre 2014, encadrée


Les plus anciens...

Fin d'hiver et printemps...






Les arbres de l'été






Ceux de l'automne...





Quelques arbres de poche ou arbres de l'amitié












Et les "trouble-fêtes"... "Marine I et II", "Manhattan" et "Langhe"









Très bonnes fêtes de fin d'année à tous les visiteurs de ce site !